Obsèques : qui décide ?

À la douleur du départ d’un proche s’ajoute l’épineux problème de l’organisation de ses funérailles. Il faut aussitôt penser à quel sera le jour de la cérémonie, s’il s’agira d’un enterrement ou d’une incinération, à qui devra prendre les décision, etc. Autant de questions qui se bousculent dans le cœur des conjoints, enfants, parents et autres amis du disparu. Retrouvez des éléments de réponse à propos de prise de décisions concernant les suites du décès d’un proche.

Obsèques : comment prendre les décisions ?

La tenue des funérailles demande qu’un certain nombre de choix soient opérés. Il en est ainsi de la décision d’enterrer ou d’incinérer le disparu, de celui relatif au genre de cérémonie qu’on souhaite offrir au défunt, du lieu de l’enterrement, du type de cercueil, etc. À ce sujet, vous pouvez avoir recours à des pompes funèbres, qui vous accompagnent tout au long de cette période douloureuse avec des prestations diverses et personnalisées.

Par ailleurs, les familles sont souvent secouées par différents problèmes de mésententes. Certaines sont éparpillées dans les quatre coins du monde et il n’est donc pas facile de se concerter et trouver des consensus. Pour trouver des réponses, la première des choses qu’il y’a à faire est de se référer au testament.

pompe funèbre à AntibesLes pompes funèbres à Antibes

Obsèques : consultez le testament du défunt

Le testament est le document de référence pour connaître la volonté du défunt. Il est donc primordial de se référer aux informations qu’il contient et de se tenir à ce qui y est inscrit. Il en est du testament comme de tout autre acte notarié et d’une valeur légale. Toutefois, si le disparu n’a pas donné de piste au sujet de l’organisation de ses funérailles, la personne la plus proche peut prendre les préparatifs en main. Le cas échéant, le juge est habilité à désigner qui doit organiser les obsèques.

Le rôle de la famille et des amis dans l’organisation de funérailles

La jurisprudence française laisse le soin d’abord au conjoint s’il vit encore, ensuite aux enfants et le cas échéant aux parents de préparer les obsèques. Cela se fait dans le cas où la personne disparue n’a pas indiqué ses volontés dans un document légal. Quant aux amis, ils ne peuvent prendre en charge les funérailles que dans le cas où le défunt n’avait pas de famille. Cela peut également être le cas si la famille s’est désengagée vis-à-vis de la situation ou est introuvable. Les amis pourront alors en tant que proches procéder à toutes les démarches pour honorer le défunt. Certains documents leur seront exigés pour justifier le choix d’une crémation par exemple.

Si des voix s’élèvent pour s’opposer à l’autorité de la personne qui décide de l’organisation des obsèques, celles-ci pourront se faire entendre au tribunal d’instance (TI) du lieu du décès qu’elles devront saisir. Il est bon à savoir que les décisions du TI sont rendues dans les 24 heures.