Comment choisir son avocat pour divorcer sans juge

Le divorce par consentement mutuel est une forme de séparation qui ne nécessite pas la présence du juge. Il suffit juste que les deux époux s’entendent sur les termes de la convention pour que le divorce s’effectue convenablement et ce, dans les plus brefs délais. Le divorce à l’amiable nécessite, cependant, la présence des avocats de chacune des deux parties. Ces derniers ont en effet, un rôle central dans la procédure de divorce sans juge. Mais savez-vous comment bien choisir son avocat dans ce cas ? C’est ce que nous allons découvrir.

Miser sur un spécialiste du divorce

Trouver un avocat pour un divorce sans juge n’est pas aussi simple que beaucoup le croient. Pour avoir gain de cause, il est important de miser sur un avocat spécialiste des affaires familiales. Même si la procédure de divorce par consentement mutuel est moins complexe que les autres formes de séparation, elle nécessite que l’avocat soit bourré de talent. En effet, un spécialiste du divorce saura toujours vous conseiller convenable et usera de tout son savoir-faire pour défendre vos intérêts lors de l’élaboration de la convention ainsi que tout au long du déroulement de la procédure de séparation. Il fera preuve d’une grande compétence pour que son client ne se soit pas lésé. L’avocat spécialiste du droit de la famille joue donc un rôle essentiel lors de la procédure de divorce à l’amiable.

Miser sur les qualités de l’avocat

Qu’il soit spécialisé dans le droit des affaires ou le divorce, un avocat doit être pourvu d’un certain nombre de qualités. Il doit toujours être à l’écoute de son client afin de l’accompagner et de le conseiller sur ses choix lors de l’élaboration de la convention de divorce. Doté de grandes compétences en communication, il doit être le plus explicite possible pour aider son client à mieux comprendre les tenants et aboutissants de son divorce.

Un bon avocat doit être assez disponible et joignable à tout moment. Prévenant et réactif, il doit tenir informer son client de l’évolution de son dossier. Il jouera un rôle capital lors de la rédaction de la convention.