Comment payer moins d’impôt avec l’optimisation fiscale ?

Dans certains pays où le rôle de l’État dans l’économie est important comme en France, la charge fiscale peut être lourde. En effet, l’imposition fiscale permet à l’État à travers les recettes collectées de pouvoir financer ses dépenses. Le principal impôt qui pèse sur les entreprises est l’impôt sur les sociétés qui est un impôt direct directement prélevé sur le résultat de l’entreprise. Pour diminuer légalement la charge fiscale des entreprises, il y a une solution ; elle a pour nom : l’optimisation fiscale. En quoi consiste l’optimisation fiscale ? Comment la mettre en œuvre pour permettre à l’entreprise des payer moins d’impôts ? Nous vous en parlons dans cet article.

L’optimisation fiscale, une technique légale

L’optimisation fiscale renvoie à un emploi subtil des règles du droit fiscal afin de payer moins d’impôts sans contrevenir aux lois fiscales qui sont en vigueur. Une idée reçue voudrait que ce soit uniquement les grandes multinationales qui s’adonnent à cette pratique, cela n’est pas tout à fait exact. On note, en effet, des pratiques que l’on pourrait assimiler à de l’optimisation fiscale au niveau des entreprises modestes et même auprès des particuliers. 

Chez beaucoup de personnes, la question de l’optimisation est un sujet tabou qui met mal à l’aise car ce concept est trop souvent relié à la fraude fiscale. Ce raccourci est dû au fait que parfois la frontière peut être ténue entre l’optimisation fiscale et la fraude fiscale. Pour payer moins d’impôts tout en restant dans les clous de la légalité, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel de l’optimisation fiscale.

Quelle stratégie d’optimisation fiscale pour payer moins d’impôts ?

Vous pouvez utiliser plusieurs leviers pour faire baisser votre charge fiscale et soigner le solde de votre compte bancaire. Vous pourrez notamment avoir recours à la dette, exploiter les possibilités offertes par les crédits d’impôts, bénéficier d’exonération d’impôts et procéder à une gestion des déficits. 

Pour ce qui du recours à la dette, il faut noter que les charges financières à savoir les intérêts des emprunts sont déductibles de la base imposable, ce qui permet une réduction des impôts. L’entreprise peut également explorer les possibilités offertes par les crédits et réductions d’impôt. On peut citer l’exemple du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou du crédit d’impôt recherche (CIR). On peut évoquer enfin les exonérations d’impôts pour implantation en zone franche ou reprise d’entreprise en difficulté.